2010 // CHISINAU :

Chisinau donc ! Charmante capitale de la Moldavie. Je suis resté cinq jours là-bas. Cinq jours malheureusement passés à l’hôtel, faute de couchsurfers disponibles… Heureusement qu’Arina était là pour m’aider mieux voir la ville, merci à elle ! Ces cinq jours je les ai passés dans cet hôtel, . Vous pouvez y aller, il est bien.
Je devais interviewer Svetlana, la propriètaire, mais un imprévu m’a fait quitter la Moldavie sans pouvoir le faire… J’ai heureusement trouvé Dimitru dans le bus pour Bucharest, et vous pouvez donc profiter de l’interview d’un moldave, sur la Moldavie, même si elle a été réalisée sur les bancs de la piata universitate et de l’aéroport international de Bucharest.
Pour ce qui est du film lui-même, j’ai voulu montrer qu’un endroit qui n’est pas touristique n’est pas forcement inintéressant, et qu’il peut par même certains aspects être plus attirant que les chouchous des guides touristiques. Et puis  j’en profite pour faire passer des petits messages secondaires aussi. Sur le « beau bordel » par exemple. Car si en Ukraine j’ai montré des gens un peu nostalgiques de l’U.R.S.S, il fallait bien dire que ce n’est pas partout pareil. Que c’est loin d’être partout pareil…
J‘espère que vous apprécierez ce reportaz sur Chisinau, et surtout que vous irez faire un petit tour dans le coin… « Let’s rise it to one thousand! »
So, Chisinau! The charming capital of Moldova. I stayed five days there. Five days spent at the hotel, unfortunately, no couchsurfers available… Fortunately Arina was there to help me to see Chisinau, thank to her! I’ve spent these finve days in this hotel. I recommend it, by the way.
I was supposed to interview Svetlana, the owner, but something unexpected made me leave Moldova, and I couldn’t… But fortunately (again) I found Dimitru in the bus to Bucharest, so you can enjoy an interview with a Moldovan, about Moldova, and on the benches of the piata Universitatea and in the International Airport of Bucharest. Voilà!
Regarding the film itself, I wanted to show a place that is not tourist and is not uninteresting, and that can be in some sides even more attractive than the darlings of the guides. And then small secondary messages as well. About the « good mess » for example. Because if in Ukraine I showed people who were a little nostalgic for the Soviet Union, I had to say that this is not the same everywhere. That is far from being the same everywhere…
Only bad thing, the sentence about the merchants and their carts. After seeing the movie I find it a bit condescending. But well, héhé, to change it, it would be one hour or two of work. So! It makes a transition and it allows to say that economy, after all, doesn’t define a country.
So now, I hope you will enjoy this reportaz in Chisinau, and especially that you’ll go to have a little walk in the area… « Let’s rise it to one thousand! » Kisses.