2010 // SERBIE :

Me voilà donc, cerné de brume et de poules, à Džep. Un minuscule village de 200 habitants dans le sud de la Serbie. Un endroit qui n’a pas été pensé pour le tourisme, où j’ai pu au fil des heures voir sortir des maisons leurs habitants et puis rencontrer, au bout d’un moment, un Džepois (Džepien ?) ; peintre en bâtiment, et parfait exemple du serbe accueillant. Première partie du Reportaz et première chose que je voulais montrer sur ce pays : la chaleur de ceux qui le font vivre.
Et puis, sur la route de Guča, petite pause à Niš. J’ai profité de mon passage dans cette ville pour parler du passé ottoman du pays, essentiel pour comprendre la Serbie et les Balkans. (Je voudrais ici préciser que j’aime beaucoup la Turquie et que je conchie les fachos qui, en raison de son histoire mouvementée avec les Balkans, voudraient la tenir à l’écart d’une malsaine Europe « blanche et chrétienne ». Une Europe laïque et sociale suffira à contenir tous les cons).
Voilà et après ça : Guča ! La troisième partie du reportage, pour montrer le côté festif des serbes. Pas vraiment descriptible.. La meilleure explication se trouve dans les quelques images que j’en ai filmé !
Et puis, direction Belgrade.
C’est vraiment là-bas que j’ai passé mes meilleurs moments de voyage. J’aime tout de cette ville : l’architecture, les habitants, ce qui s’y passe… Pour le premier point, j’ai fait de mon mieux pour vous faire un petit tour d’horizon de la ville. Pour le troisième vous avez le BeerFest, un des plus grands dégâts auxquels il m’ait été donné de participer et, pour le second, vous avez Nataša, que je voudrais remercier ici. Parce qu’elle m’a fait découvrir des endroits de la ville que je ne connaissais pas encore, qu’elle m’a rendu de gros services pendant mon séjour et enfin parce que, finalement, elle m’a aussi présenté Ivan. Ivan l’intervenant qui nous emmène enfin à la dernière partie du reportage, celle qui me tient le plus à cœur. Car grâce à cette interview, et après avoir montré ce que je connais vraiment de la Serbie, j’ai pu dire ce que j’avais envie de dire depuis mon premier passage ici, il y a trois ans : Que les serbes (tout ceux et celles que j’ai connu en tout cas, et ils sont nombreux…) ne sont pas des va-t-en-guerre assoiffés de sang. Et si j’avais envie de dire ça, c’est parce que la façon dont on parle le plus souvent de ce pays et de ses habitants me donne parfois la nausée, et que ça me dérange de voir mes amis serbe se sentir honteux ou révoltés à chaque fois qu’ils entendent parler de leur pays aux nouvelles internationales. Alors j’avais envie de faire de mon mieux, à mon échelle…
Mais aussi superbe soir la Serbie, il ne faut quand même pas occulter les zones d’ombres et les années de guerre, et c’est justement ce paradoxe entre le passé récent de ce pays, son histoire lointaine et ce qu’on y voit quand on y passe qui y rend le voyage si intéressant et instructif.
D’où la conclusion du film, que je vous laisse aller voir. Et pour conclure, allez y en Serbie, parce que votre passage ici peut vous aider à comprendre beaucoup de chose… Sur les serbes, la Serbie et sur le monde et l’histoire en général. A bientôt !
So here I am, surrounded by mist and chickens, in Džep. A little village of 200 inhabitants in southern Serbia. A place not really made for tourism where I could meet, after a while, the man that you see right above: a Džepian (?)a house painter, and especially a perfect example of the welcoming Serbian. First part of this reportaz and first thing I wanted to show about this country: The warmth of its people.
And then, on the road of Guča, little break in Niš. I used my visit here to speak about the country’s Ottoman past which, as I said, is essential to understand Serbia and the Balkans. (I would like to clarify that I rally like Turkey and I that I ***** all the fascists who, because of its turbulent history with the Balkans, would like to keep it away from an unhealthy « white and Christian » Europe…)
And after that: Guča! The third part of the film, to show the festive side of the Serbs. Not really describable, the best explanation is that you look at the images I shot! And then hop, let’s go to Belgrade!
It’s really out there that I spent my best moments of travel, and I have to say that I love everything about this town: its architecture, its people, what’s happends there and everything else… For the first point, I did my best to give you a quick overview of the city. For the third one you have the Beer Fest, one of the greatest damage to which I was able to participate and, for the second, there is Nataša, that I would like to thank here. Because she made me discover places of the city that I didn’t knew yet, she was so helpfull during my stay and finally because, ultimately, she also introduced me to Ivan. Ivan the speaker who brings us finally to the last part of the movie, the one that I care the most. Because thanks to this interview, and after showing what I really know of Serbia, I said what I wanted to say since my first visit here, three years ago: That Serbs (all those I knew at least, and they are many…) are not warmongers. And if I wanted to say that it’s because the way the media talk about this country and its people makes me sometimes nauseated, and because that it bothers me to see my friends feeling ashamed or angry about what they hear about their country in international news. So while some of them are daily working (as Karl Haudbourg and his website: http://www.ambassador-serbia.com/ , where he collects all that foreigners can say good things about his country) to raise reputation of their country I wanted to do my best, at my level…
But even if Serbia is so great, we must not overshadow the dark sides, and this is precisely the paradox between the recent past of this country, its history and what we see when we pass trough that is amazing and instructive. Hence the conclusion of the film, that I let you go to see.
And to conclude, I strongly advice you to go in Serbia. Because your time there can help you understand many things… About the Serbs, Serbia and all world and its history. See ya soon!