2013 // BUDAPEST

Après un an de retard pour le premier film, cette fois-ci, c’est seulement trois mois. Il y a de l’amélioration. Mais tout ça est dû, pour ma défense, au travail alimentaire que je me coltine à Toulouse en attendant le départ pour la Russie (en août normalement). Le voyage va coûter cher et il vaut mieux être prévoyant !
Pour ce qui est du film tourné en Hongrie, rien ne s’est vraiment passé comme prévu. Je voulais, après mon passage Ljubljana, rencontrer l’excellent Istvan Kantor pour faire un film sur les révolution. Regardez le clip en lien sur son nom, vous comprendrez vite que ç’aurait pu être formidable. Mais je me suis rendu compte une fois sur place qu’il habitait depuis plusieurs décennies au Canada. Bien. Le plus sage fut donc de m’en remettre au hasard, et j’ai eu la chance d’avoir les bon hôtes pour m’y guider. C’est donc la rencontre fortuite avec un seigneur de la musique tzigane Antal Kovacs, qui m’a poussé à réaliser un film sur les tziganes. Film qui a vite dévié vers une critique de l’unité sous sa forme nationale, étant donné la politique hongroise du moment, et vers le statut comparable des gays sous cette forme de régime.
Voilà donc un film qui, en donnant la parole à des personnes faisant partie de minorités dans un pays au gouvernement à tendance droitière/totalitaire, s’attaque à l’unité sous sa forme nationale, pire ennemie de l’unité sous sa forme véritable. En espérant que ce soit clair, et que cous aimerez !
En passant, certaines erreurs ont pu se glisser dans le montage, ainsi que quelques fautes d’orthographe dans les sous-titres, mais c’est parce que partant demain matin en stop pour des petites vacances à Novi Pazar et au Kosovo, tout à été fini dans le rush (il est trois heures du matin au moment où j’écris ces lignes) ! À bientôt sur Wroclaw !!!
Well after a year of late for the first film, this time, it’s only three months. It gets better! But all that is due, in my defense, to the feeding job that I’m stuck with in Toulouse, awaiting the departure to Russia (August). The trip will be expensive, so it’s better to be prepared!
Regarding the film shot in Hungary, nothing really happened as planned. What I wanted after my visit Ljubljana was to meet the great Istvan Kantor, to make in Budapest a film about revolution. Watch the video linkn, you’ll understand that it could have been great. But I realized once in da place that he lived for decades in Canada. So. The wisest option was therefore to follow the fortune, and I was lucky enough to have perfects hosts to guide me. So chance drove me to meet the virtuosoissimo Antal Kovacs gypsy music player. So I shot a film about Gypsies. Film that was quickly diverted to a critic of unity in its national form, since Hungarian politics, these days, is quite far on the right. And since there are many minorities who suffer from such politics, I’ve also decided to record something on the Gay side. I hope you will enjoy!
By the way, some errors might be in the cutting, and some misspellings in the subtitles, but it is because I’m starting tomorrow morning to hitchike for a little vacation, and so I had to finsh everythin in the rush (it is three o’clock in the morning, gn)! Thank to kindly excuse me, and see you soon in Wroclaw!!!

2012 // LJUBLJANA

Plus de deux ans sans film. Quel délai ! Ça faisait tellement longtemps que je n’avais rien monté (cinématographiquement) que ça a été difficile de s’y remettre.. Mais un an après mon retour, au terme de deux semaines de travail acharné et trois jours avant la fin des temps supposée, voilà la troisième session des Reportaz qui débute !
Pour ce premier film nous visiterons Ljubljana, une ville que j’aime beaucoup, au moins autant que les bureks qui y sont servis et qui, ici, servira de cadre pour parler de Yougonostalgie. Entendez la nostalgie de la nation yougoslave. Plus largement, j’utilise cet exemple yougoslave pour parler d’unité à travers l’Europe.
Ce qui a été génial pour moi là-bas, à part que c’était le début de mon voyage et que les débuts de voyages sont toujours joyeux, c’est que j’ai pu tourner toutes les scènes que je voulais et, surtout, interviewer les gens que j’avais prévu d’interviewer. J’ai donc la joie de vous annoncer avoir réussi à trouver, au fond d’un parc, une de mes idoles : monsieur Roberto Magnifico ! Dont vous pourrez avec joie écouter la voix suave et les paroles claires.
See you dans deux semaines à Budapest !!!
I felt like I was givig birth! It’s been so long since I had not made a film that it was quite hard to get back into it.. But one year after my come back, after two weeks of hard work and three days before the supposed end of times, here begins is the third session of les reportaz! For this first film we visit Ljubljana, a city I love a ot and which here serve as a framework to speak about Yugonostalgia. And, widely, unity across Europe. What was great for me there, except that it was the beginning of my journey, beginning of trips are always happy, it’s that I could shoot all the scenes I wanted, and interview people I planned to interview. So I am happy to announce that I’ve managed to find, in the deeps of a park, one of my idols: Mr. Roberto Magnifico! So you’ll can happily listen to his dulcet tones and clear words. By cons, héhé, the real problem for the cutting were the topic that is more fitting to a conclusion that an introduction. Cut the film in this sense have been a bit hard but hey, it is now here and available. And this is the most important!
See you in two weeks in Budapest! (on the 1st of april 2013 finally, some money problems made me work hard, so less time for the cutting:)