Maurice Teboul, soldat de la 2ème DB :

Ce documentaire retrace le parcours de ce français marocain qui, parti d’Afrique du Nord, a participé à la libération de la France et a terminé la guerre par la prise du berghof, repère alpin d’Hitler..

Nonagénaire qui porte beau et s’apprête à célébrer ses 92 ans par un saut en parachute, le vétéran accorde une après-midi de son temps de retraite pour être interrogé sur ses faits de guerre. Et surtout sur ce qui l’a amené à se battre.
Car c’est en effet ce qui est le plus frappant dans son parcours : Maurice s’est complètement fait entraîner par l’Histoire.
Était-il le seul ? Bien sûr que non et le titre du film, référence aux « Très Riches Heures de l’humanité » de Zweig, est là pour le souligner.

Quant à savoir si notre avenir est totalement déterminé par l’Histoire…

Quant à savoir si nous sommes tous déterminés par l’Histoire… Je laisse le soin à chacun de se faire son opinion, et me contente de constater que la marge de manœuvre est limitée, et que pour peu que la place que le sort nous fasse nous convienne à peu près, on s’y installe sans trop de contestation.

De cette constatation vient le sous-titre du film, clin d’œil à Arendt. Car le mal ou le bien (ou plus exactement ici le mieux, le bien étant encore plus relatif que le mal), sont presque toujours servis par des gens normaux, ou «banals», que les circonstances entraînent.
Mais ne parler que de banalité du mal peut être un peu déprimant. Alors la voici donc : la banalité du bien.
Et voici donc Maurice Teboul, héros de 39-45, personnage finalement pas si banal dont l’histoire vous captivera certainement et qui, j’espère, vous aidera dans la réflexion sur la place que nous fait l’histoire… et le côté où notre propre banalité pourra s’épanouir.
Bon film !

P.S : Cela faisait quatre ans que je n’avais rien publié sur ce blog. Pour ce qui est des 12 films qui manquent de la session 2011 : Haha. Il seront tous réunis en un seul, que je m’engage à sortir avant 2019. D’ici-là, d’autres vidéos viendront peut-être..

2 réponses sur “Maurice Teboul, soldat de la 2ème DB :”

  1. Que j’aurais aimé entendre encore mon père, engagé volontaire dans la 2ème db après avoir fait un temps à Bedeau. Seul rescapé de 14 soldats ayant sauté sur une mine avec une jeep en Corse lors du débarquement , il fut hospitalisé de longs mois à Oujda. Il avait lui aussi beaucoup de choses à raconter.

    Merci mr Teboul

    1. Merci à vous de faire vivre ici la mémoire de votre père !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.